Le réchauffement concerne aussi les jeunes

Ouest-France le 10/04/2019
Fanny Lhardy travaille avec un groupe d'élèves sur les causes et les conséquences du réchauffement climatique -  voir en grand cette image
Fanny Lhardy travaille avec un groupe d’élèves sur les causes et les conséquences du réchauffement climatique

Vendredi, trente-deux élèves de Noël-du-Fail volontaires ont participé à un atelier interactif sur le réchauffement climatique sous la houlette d’une scientifique.

Le projet

Pour faire écho à l’appel de la jeune Suédoise Greta Thunberg, un groupe d’élèves de 3e du collège Noël-du-Fail a réalisé une campagne d’affichage, exposée lors des portes ouvertes du collège le 15 mars.
Dans le même temps, ce groupe d’élèves a pris contact avec Valérie Masson-Delmotte, climatologue et coprésidente du groupe n° 1 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) pour organiser une rencontre au collège.
La scientifique n’étant pas disponible, Fanny Lhardy, enseignante-chercheuse, géologue de formation et actuellement doctorante au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement à Saclay, au sud de Paris, a pu se libérer.
L’intervenante a proposé un atelier de réflexion pour expliquer à trente-deux 3e et 5e les enjeux du changement climatique autour d’une animation interactive et échanger avec eux sur le rôle que chaque citoyen peut jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique.

« Médiation scientifique »

L’atelier interactif s’est déroulé autour de deux axes. La première partie a rassemblé les élèves en équipes pour construire une frise du climat. À partir d’images explicatives, les élèves devaient reconstituer le schéma du réchauffement climatique en y incluant les causes et les conséquences des actes de chacun au quotidien.
Cette activité a marqué les élèves : « Nous nous sentons concernés par ces actes du quotidien que sont les nôtres », disent-ils. Les élèves ont présenté de bonnes idées. Fanny Lhardy s’est réjouie de leurs réflexions, et a fait des liens entre les différents sujets. « Je suis là pour faire de la médiation scientifique », explique la chercheuse, plus soucieuse de générer un questionnement et une sensibilisation des élèves sur le thème que de leur apporter des réponses.
Puis, a suivi un deuxième travail. En équipe de trois ou quatre, les élèves ont dû remplir, à partir d’une enveloppe de documents, tels que l’impact de la consommation, l’efficacité énergétique ou les enjeux politiques et économiques, les cadres d’une fresque du citoyen. Celle-ci présente les enjeux, les actions et les solutions à apporter par chaque citoyen.
« Une représentation schématique qui clarifie ce que les élèves ont déjà appris çà et là », a conclu Fanny Lhardy.